« Pour une Algérie Républicaine Moderne et Sociale »
   
  PARTI pour la LAICITE et la DEMOCRATIE (P-L-D) ex MDSL
  1er MAI (FETE) DES TRAVAILLEURS)
 
                       

Parti pour la démocratie (P-L-D) « Pour une Algérie Républicaine Moderne et Sociale »

1/05/2010

Non au système maffieux et à l’intégrisme religieux !
Halte à l’injustice à l’encontre des travailleurs !
Pour la dignité des travailleuses de Hassi-Messaoud !
Pour l’unité d’action des travailleurs dans le cadre de syndicats autonomes !

Depuis plusieurs années, l’Algérie célèbre la journée internationale de lutte des travailleurs pour la satisfaction de leurs droits matériels et moraux dans un contexte de crise générale marquée par un marasme politique, économique, social et culturel sans précédent. Pourtant la manne pétrolière dont les revenus demeurent très importants aurait pu relancer la machine économique et donné un nouveau souffle au pays.
Il n’en est rien ! Le pays est gouverné à vue, il est laissé à l’abandon :
aucun conseil des ministres ni de conseil du gouvernement depuis … janvier 2010! Les deux chambres du parlement, ne servant depuis longtemps qu’à justifier un pluralisme de façade, sont en hibernation faute de projets de lois. Le chômage atteint des records inégalés. Il touche non seulement une proportion significative de la jeunesse, mais aussi les diplômés du supérieur que le marché du travail n’absorbe plus ou disqualifie vers des tâches de seconde zone.
La polarisation des richesses accentue durement la paupérisation de larges couches de la société et jette des millions d’Algériens dans la pauvreté extrême, au même titre que les travailleurs du monde entier. Même les classes moyennes ne sont pas épargnées dans cette descente aux enfers. Le pouvoir d’achat est si dérisoire que la boutade « nos salaires sont en dinars mais nos factures en… euros !! » reprise par les travailleurs résume avec vérité le tragique du vécu.
Dans une situation sociale aussi explosive, une fraction de la jeunesse
bascule dans la délinquance. Des pères excédés de ne plus pouvoir nourrir leur famille, en viennent de plus en plus à l’extrémité du suicide.
Au lieu d’être à l’écoute de celles et ceux qui construisent le pays au quotidien en dépit de difficultés de toute sorte, le pouvoir islamo-conservateur pousse l’indécence à envisager la revalorisation des pensions de retraite de milliers d’assassins recyclés en « repentis ». Ces « repentis » sont mieux considérés que les contractuels de l’ANP qui viennent pour la troisième fois (27/04/10), manifester devant le ministère de la défense pour réclamer un peu plus de dignité. Ils n’ont trouvé que les forces de police qui les ont refoulés sans ménagement au même titre que les travailleurs de la santé et de l’éducation qui ont répondu à l’appel des grèves des syndicats autonomes.
La corruption a gangrené le pays à un point tel qu’aucun jour ne passe sans qu’un nouveau scandale n’éclate au grand jour. Mais le système use de la même ficelle depuis l’ère de Chadli. Au lieu de s’inscrire dans une démarche démocratique transparente, le pouvoir met sous les verrous des lampistes et des cadres, en fait des boucs émissaires quitte à les blanchir après les avoir discrédités aux yeux de la société.

Parallèlement, le terrorisme islamiste continue à décimer les citoyens, les patriotes et les forces sécurité. Le redéploiement du terrorisme lui permet de contrôler certaines zones. L’insécurité est telle que les diplomates étrangers sont astreints à se déplacer avec des sauf-conduits à travers le territoire national et cela en contradiction avec les discours optimistes de Zerhouni sur la sécurité retrouvée.
Ni les trente années de combat pour la défense du patrimoine berbère, ni les immenses sacrifices de 2001 n’ont permis à la langue et la culture amazighe de sortir du ghetto où veut les confiner un pouvoir autiste.
A Hassi-Messaoud, l’année 2001 comme celle de 2010 resteront gravées dans le marbre. Le cri de femmes travailleuses terrorisées et torturées par des hordes sauvages chauffées à blanc par un discours obscurantiste a déchiré le ciel d’Algérie.
Leur combat comme celui de toutes les travailleuses et des travailleurs du pays
sera un symbole pour toutes celles et ceux qui aspirent à une société démocratique, laïque, ouverte aux valeurs universelles et solidaire.
Le Parti pour la Laïcité et la Démocratie (PLD) appelle une nouvelle
fois l’ensemble des forces de progrès à se retrouver autour d’une table pour réfléchir à une alternative démocratique, en dehors du système et de l’islamisme politique.

Pour une solidarité nationale et internationale des travailleurs plus efficace!

Alger, le 1er mai 2010
P/ le Bureau National du PLD.

 

 
  « Pour une Algérie Républicaine Moderne et Sociale »  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=
« Pour une Algérie Républicaine Moderne et Sociale »