« Pour une Algérie Républicaine Moderne et Sociale »
   
  PARTI pour la LAICITE et la DEMOCRATIE (P-L-D) ex MDSL
  Amel Zouani Zenoune Martyre de l'Algerie
 

Amel Zouani Zenoune Martyre de l'Algerie

Le lieux de l’assassinat d'Amel le 26 janvier 1997 sur la route de Sidi Moussa

Il y a 20 ans était assassinée AMEL ZANOUNE, jeune étudiante en droit. Une pensée à Amel, ses proches et toutes les victimes de la barbarie. Ne jamais oublier Amel et toutes les victimes de cette horrible décennie.

 


Amel Zouani Zenoune Egorgée par les integristes islamiste Algerien le 26 Janvier 1997

 

 

HOMMAGE
Lettre lue par Anissa Zouani Zenoune 

 


Amel revient 20 ans après…
Je suis revenue pour vous parler de moi et de mon histoire , pour ceux qui m’ont oublié et ceux qui ne me connaissent pas !
Je m’appelle Amel Zanoune Zouani je suis née le 07 décembre 1974 je faisais des études en droit à la faculté de Ben Aknoune d’Alger, j’étais belle pleine d’espoir nourri d’amour et de tendresse, j’avais des projets plein la tête, je me voyais la future juriste dont la vocation est de porter un jour la voix des plus faibles et des démunis devant les tribunaux de la république. 

Dimanche 26 Janvier 1997 un jour glacial 17 eme jour du ramadhan qui coïncide avec ghazouat Badr j’avais 22 ans, je quitte Alger dans un bus pour rentrer chez moi à Sidi Moussa, je rêvais à la chaleureuses ambiance familiale qui m’attendait à la maison, il était 17h14 mn environ une heure avant la rupture du jeune. Le bus tombe sur un faux barrage du GIA au lieu dit Benedja (Bentalha),les terroristes montent dans le bus j’étais la seule personne qui les intéresse ,On m’ intime l’ordre de descendre , j’exécute avec courage, ils m’ont condamné à mort par égorgement parce que j’étais une femme qui fréquentais l’université , je savais que j’allais mourir d’une mort atroce mais je ne les ai pas supplié j’ai juste regardé tous les passagers du bus pour leurs dire témoigner, parler de moi et de mon courage.
L’un des terroristes aiguise son couteau sur une pierre sans aucun état d’âme et, m’égorge … sous le regard des autres passagers terrifiés. « Pour exemple » à toutes les femmes qui continues à fréquenter les grandes écoles dira un des terroristes à tous les autres voyageurs du bus .ce jour là j’ai payé de ma vie le prix de la liberté pour avoir refusées le diktat de ces hordes barbares qui voulaient m’imposer de ne plus mettre les pieds à l’université !
Ce jour là le destin de ma famille a complètement changé, ma mère qui voyait en moi et mes sœurs son avenir et sa raison de vivre, elle nous disait souvent : vous êtes comme un arbre fruitier qu’on plante, on prend bien soin de lui et on attend que les fruits murissent !hélas elle n’a pas gouté de ces fruits.
Papa m’a rejoint 6 ans après et les autre membres de ma famille n’ont pas réussi à surmonter mon assassinat ,ils n’ont pas pardonner à mes bourreaux et à mes égorgeurs ni aux commanditaires .Ma mère a beaucoup souffert elle n’a jamais cessé de me pleurer je ressentais sa douleur ,ses larmes qu’elle versait tt les soirs , 17 ans après elle me rejoint et elle me raconte que mes assassins circulent librement sans l’application d’aucune loi ,que les criminels ont bénéficié d’un pardon au nom d’une loi d’impunité portant « la charte de la réconciliation nationale »,que la plupart du peuple de mon pays pour le quel j’ai sacrifié ma jeunesse et mon avenir a voté pour cette loi ,que certains ont trahis ma mémoire ,que les jeunes d’aujourd’hui ne connaissent pas mon histoire ,que les parents ne leurs parlent pas de moi, à les écoles ils ne leurs enseignent pas l »histoire récente de mon pays dont laquelle j’ai participé et j’ai donné ma vie pour que l’Algérie ne tombe pas à genoux dans les mains des intégristes islamistes ,ils ne leurs parlent pas de mon combat et mon refus d’un projet de société archaïque .

J’étais peinée quand j’ai su que justice ne s’est pas faite à mon égard, que je suis restée seulement comme un souvenir sur un portrait et moi qui avait confiance en mon peuple que ma mort ne sera jamais vaine !!!

Par devoir de mémoire ne m’oubliez pas, parlez de moi aux génération futures, à la maison et à l’ écoles comme ils ont fait avec moi mes parents et mes enseignants quand ils m’ont parlé de Hassiba Ben Bouali et de son sacrifice pour l’indépendance de notre pays ,ils m’ont enseigner l’histoire de la France coloniale ,ils m’ont inculqué l’amour de la patrie par la célébration de deux dates glorieuses le 1 novembre et le 5 juillet, rendez moi justice car j’étais une vraie patriote, refusez cette amnistie qui était une supercherie pour plonger tout un peuple dans le déni, Pour certains poursuivez votre combat contre l’oubli , témoigner de l’horreur du terrorisme intégriste, écrire l’histoire et dites leurs que Amel n’est pas morte pour rien ,elle est un symbole d’une Algérie républicaine qui avance ,une Algérie moderne et démocratique, une Algérie de progrès ,une Algérie qui ne plongera pas dans l’obscurantisme ,une Algérie qui refuse sa mise à mort, dites leurs que Amel vit en nous à travers de l’espoir qu’on porte dans nos cœurs pour bâtir une l’Algérie de demain.

 

 

Lettre lue par Anissa Zouani Zenoune 

Pourquoi as-tu peur maman? C'est vrai que les terroristes nous menacent de mort si nous continuons de fréquenter l'école , mais si tes filles meurent assassinées , c'est parce qu'elles auront choisi le savoir .Nous serons des martyres du savoir. N'aies jamais honte de nous .Garde la tête haute..."

Ces mots ,Amel les dira à maman durant une nuit sans sommeil, sa dernière nuit passée à la maison .
Une semaine après, le 26 janvier 1997 elle sera égorgée dans un faux barrage dressé par un groupe armé Integriste islamiste Algerien .

La Martyre Amel Zouani Zenoune 

 

 

 

 

 
  « Pour une Algérie Républicaine Moderne et Sociale »  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=
« Pour une Algérie Républicaine Moderne et Sociale »