« Pour une Algérie Républicaine Moderne et Sociale »
   
  PARTI pour la LAICITE et la DEMOCRATIE (P-L-D) ex MDSL
  Le Soir d'Algérie, AMEL ZENOUNE ZOUANI!
 

Chronique du jour : SOIT DIT EN PASSANT
Deuils et commémorations !

Par Malika Boussouf
Il est des jours comme ça où alors que des proches et ami(e)s partagent le souvenir d’une jeune fille assassinée parce qu’elle dénotait avec la tambouille concoctée ailleurs pour son pays, les images se remettent à défiler jusqu’au vertige et le cœur à battre de bruits et de fureur toujours prêts à nous replonger dans l’horreur et la résistance à cette même horreur.
Beaucoup d’entre nous pensent qu’en évitant d’en parler et en reléguant la douleur à l’arrière-plan, histoire d’en atténuer les effets dévastateurs, on aide à refermer une blessure qui refuse de cicatriser. Faux ! Un jour, c’était il y a quelques années de cela, alors que je finissais de donner un cours sur les techniques d’interview pour le compte de l’association «Femmes en communication», une jeune fille qui y assistait m’a abordée en sanglotant. Elle était totalement désemparée, tandis que son corps, secoué par de violents tremblements, me disait une part de sa tristesse. Etudiante parmi une vingtaine d’autres, je ne savais pas qui elle était.
Une fois le contact un peu mieux établi, Anissa m’a raconté qu’elle avait un mémoire à préparer, qu’elle avait choisi pour thème l’assassinat de sa sœur quelques années auparavant et que, pour les besoins du mémoire, il lui faudrait retourner sur les lieux où sa sœur avait été égorgée. C’était sa façon à elle d’immortaliser le souvenir de l’acte innommable qui avait bouleversé, à jamais, la vie de toute la famille. Le traumatisme est encore là. Ni elle ni aucun des siens ne s’en relèveront jamais. C’était le 27 janvier 1997. Vingt ans déjà que la jeune étudiante en droit, Amel Zanoune Zouani, âgée tout juste de 22 ans, a été sacrifiée par le GIA sur l’autel de la barbarie islamiste ! Il y a quelques jours, Anissa, sa famille et quelques amis se sont rendus là où Amel a été retrouvée égorgée. Bentalha, Sidi Moussa, des faux barrages et tellement de morts ! 20 ans déjà ! «Pourquoi as-tu peur maman ? C’est vrai que les terroristes nous menacent de mort si nous continuons de fréquenter l’école ?… Nous serons des martyres du savoir !»
Des mots échangés avec sa mère durant la dernière nuit passée auprès d’elle.
M. B.

 
  « Pour une Algérie Républicaine Moderne et Sociale »  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=
« Pour une Algérie Républicaine Moderne et Sociale »