« Pour une Algérie Républicaine Moderne et Sociale »
   
  PARTI pour la LAICITE et la DEMOCRATIE (P-L-D) ex MDSL
  Que reste-t-il de la gauche algérienne ? el watan du 5.09.2009
 
  El Watan
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
Au moment où le monde en pleine crise économique redécouvre Marx, la gauche semble fortement affaiblie en Algérie : la cause ? Principalement le laminage de la classe moyenne, la classe productrice d’idées et vectrice des idées de gauche. Que reste- t-il donc du capital de la gauche algérienne, la gauche combattante, clandestine ou coopératrice, la gauche de Abdelhamid Benzine et du Tahar Ouettar des années 1960-1970 ? Le nationalisme arabe n’a-t-il pas emporté dans sa chute les lendemains qui chan-tent ? A l’occasion de l’université d’été du Parti des travailleurs qui s’est achevée aujourd’hui, El Watan Week-end a posé la question aux acteurs politiques du moment.
 
Moulay Chentouf (PLD, ex-MDS)
L’Algérie avant la gauche
 
Il tient à le rappeler. Lui est membre du PAGS (Parti de l’avant-garde socialiste) depuis 1966. Mais il fait son autocritique, loin des schémas staliniens de l’époque : « Je suis un ex du PAGS, même si je n’avais pas compris le ’’soutien critique’’ (soutien des communistes algériens aux réformes de Boumediène selon le schéma du pays en voie de développement non capitaliste, le fameux PVDNC) ni la tentative d’alliance avec le FIS ».


Moulay Chentouf est membre du tout nouveau Parti pour la laïcité et la démocratie (PLD). Parti né dans la douleur de la scission avec le MDS, héritier du Ettahadi-Tafat, lui-même fils du PAGS et petit-fils du Parti communiste algérien (PCA) fondé dans les années 1920. « Il n’y a jamais eu de cassure idéologique au sein du MDS, soutient Chentouf, juste des individualités qui se sont exprimées de manière opportune après la disparition de Hachemi Cherif (secrétaire général du MDS, décédé le 2 août 2005). Certains de l’intérieur même du parti ont été fatigués de militer, d’autres sont allés jusqu’à proposer des compromis avec un ’’islamisme modéré’’. L’implosion était inévitable », lâche Chentouf, la soixantaine, dynamique, dont le sort de ses enfants, de ses petits-enfants dit-il, lui tient plus à cœur que les théories politiques. « Je pense à ma fille qui bientôt terminera ses études en chirurgie pour à peine 30 000 DA pas mois, je pense à ses enfants : dans quelle Algérie vivront-ils ? Je pense à l’Algérie où un million de jeunes, bac plus ont quitté leur pays sans retour…Parler de gauche et de droite ce n’est vraiment pas la priorité ». Catastrophé, Chentouf secoue la tête : « Comment peut-on parler de gauche ou de droite alors que l’Etat est inexistant, en la présence toute puissante des partis d’Etat et des partis islamistes ?! Quand l’Etat était menacé d’effondrement durant les années 1990, démocrates et républicains ne se posaient pas la question d’être de droite ou de gauche, il y avait urgence. » Et aujourd’hui, l’urgence semble se perpétuer. « Même si la gauche arrive au pouvoir dans les conditions actuelles, c’est sans intérêt, car il n’y a pas de contre-pouvoir, et le régime actuel n’a pas su fonder une vraie nation… Nous avons des émeutes et des harraga, des risques d’implosion et de guerre civile… Il nous faudra un changement pacifique de la société, une transition, un gouvernement de combat républicain et un référendum pour que le peuple adopte les textes nés de la transition ! », déclare Moulay Chentouf qui refuse de se présenter comme porte-parole du nouveau parti. « Nous avons décidé d’un travail collégial, on désignera les responsables avant la fin de l’année lors de nos premières assises… L’urgence c’est l’Algérie. »


"Nous sommes la gauche "
Parti des travailleurs
"Nous sommes la gauche "
 
100 000 adhérents, « premier parti d’opposition » selon ses cadres, un groupe parlementaire et deux candidatures aux élections présidentielles de 2004 et de 2009 : le Parti des travailleurs, héritier du mouvement clandestin OST (Organisation socialiste des travailleurs) semble afficher une bonne santé.


Son porte-parole, Louisa Hanoune, 55 ans, arrivée deuxième lors de la dernière élection présidentielle (avec 604 258 voix et 4,22 % des suffrages) peut se targuer d’avoir bénéficié de ce qualificatif pour le moins original de la part de Ali Benhadj, le numéro 2 de l’ex-FIS : « Le seul homme politique en Algérie. » Sauf que son parti accumule parfois les contradictions : si le PT reste dans sa philosophie foncièrement antilibérale en s’attaquant aux ministres des secteurs économiques et énergétiques, la formation trotskyste épargne soigneusement le chef de l’Etat, dont les ministres les plus proches et les plus fidèles sont exactement ceux que dénoncent le PT. Alors parti réellement de gauche ? « Parle-t-on des partis qui se réclament de gauche ou de ceux qui sont réellement la gauche ? », indique l’un des proches collaborateurs de Louisa Hanoune. « Nous, au PT, nous sommes à l’œuvre par rapport à nos revendications, à nos actions sur le terrain, les mobilisations que nous lançons auprès de l’opinion publique (les pétitions contre la loi sur les hydrocarbures ou pour la dissolution du Parlement par exemple)… En fait, je ne vois pas d’autres mouvements qui ont le même engagement que nous », assure ce cadre du parti. « Il ne suffit pas seulement d’inclure dans les programmes des partis des notions de socialisme, il faut des actes. Voyez par exemple les amendements de nos députés lors des discussions des lois à l’APN », appuie le militant. « Le problème avec le PT est que plus on tente d’adopter une politique du tout populaire, plus on risque de tomber dans le populisme… L’exemple le plus marquant, c’était quand Louisa Hanoune a soutenu le FIS parce que considéré comme ’’mouvement populaire" par le PT ! »

Karim Tabbou, Premier secrétaire du FFS
Le peuple à gauche, le pouvoir à droite
 
« Face à la radicalisation de plus en plus visible de la société algérienne, la gauche en Algérie n’arrive toujours pas à se constituer et à se former comme alternative de changement. Elle est l’otage de l’équation : le peuple à gauche et le pouvoir à droite.


La majorité de ces organisations qui se proclament pourtant de la gauche n’arrive toujours pas à choisir son camp et à ordonner ses priorités. Le FFS, qui souscrit aux principes et aux chartes éthiques du mouvement mondial de gauche, organisé dans le cadre de la puissante Internationale socialiste, reste aujourd’hui le seul mouvement politique à incarner cette opinion de gauche contestatrice. Les autres organisations ont préféré se fabriquer une autre boussole politique et sociale. En dehors du FFS dont les positions politiques sont clairement opposées au pouvoir, les autres mouvements de « gauche » doivent faire l’effort de clarifier leur stratégie ainsi que leurs objectifs. Soit ils continuent de soutenir le pouvoir violent, régressif, dans le seul but d’assurer une existence légale, institutionnelle d’embourgeoisement personnel, soit ils décident de se mettre en conformité avec les aspirations et les revendications de la société, en opérant des révisions déchirantes dans ses positions, dans ses alliances et dans ses modes d’organisation. Si dans le passé, l’idéal de justice sociale, de liberté et des droits de l’homme prôné par les mouvements de gauche a réussi à mobiliser les populations dans les combats révolutionnaires de libération, aujourd’hui il incombe à l’élite nationale et aux organisations autonomes de jouer un rôle central.
Si le problème principal demeure l’impasse des cadres, la dureté des luttes à venir permettra, sans nul doute, l’émergence de nouvelles générations de militants pouvant animer et conduire les luttes politiques, économiques, sociales et culturelles. L’élite nationale est mise en demeure d’engager une réflexion profonde et sérieuse pour construire une alternative démocratique. Le peuple algérien est prêt à se mettre en mouvement dès lors que des actes concrets sont accomplis dans cette direction. Le peuple algérien veut et peut faire le changement. Il incombe à l’élite non compromise avec le régime de trouver les modes d’organisation et d’action qui permettent un regroupement des forces du changement. Il ne s’agit pas d’additionner des sigles ou d’organiser un carnaval prétendument pluraliste de l’opposition, de gauche ou de toute autre coloration politique. Il faudra débarrasser la scène politique, syndicale, associative… des imposteurs, des galériens et des forçats du pouvoir. En tout cas, le FFS croit fermement qu’il est important pour notre pays et pour notre parti d’adopter des stratégies nouvelles et novatrices pour faire barrage aux forces rétrogrades, révisionnistes et violentes. Il pense que la jeunesse et notamment son élite universitaire sont les moteurs du changement. Ils arbitreront l’avenir. »


Par Fayçal Métaoui

Salhi Chawki, secrétaire général du Parti socialiste des travailleurs
" Une renaissance des valeurs de gauche "
« La gauche organisée a reflué depuis les années 1980, plus sévèrement en Algérie qu’ailleurs. Mais malgré le discours néocolonial dominant et malgré les illusions libérales massives, la société a résisté plus qu’ailleurs et ne renonce pas aux valeurs égalitaires, et le poids du PST et des militants socialistes dans les batailles démocratiques et sociales est disproportionné par rapport à son impact électoral ou médiatique.
 
L’impasse du nationalisme progressiste boumedienniste, nassérien ou péroniste et l’effondrement du bloc de l’Est ont fait prospérer le repli identitaire islamiste ou nationalitaire. Chez nous, comme ailleurs, la social-démocratie, le populisme socialisant s’est reconverti en gérant de la réforme libérale sous la houlette des grandes puissances. La disparition du PAGS a anticipé le déclin de ce courant mondial. Les intellectuels se sont souvent mis au service de l’offensive capitaliste libérale contre les acquis sociaux et nationaux des luttes du XXe siècle. Les masses populaires sont politiquement et idéologiquement désorientées, mais leur résistance a empêché le programme ultralibéral de Bouteflika tout au long de son premier mandat. Quelques poignées d’intellectuels et de militants socialistes, des directions syndicales des secteurs issus du populisme ont accompagné et encadré cette bataille. La combativité sociale est impressionnante et on assiste à une renaissance des valeurs de gauche à travers les grèves et les révoltes désordonnées de la jeunesse. L’humanité a besoin de réinventer un rêve collectif. La jeunesse altermondialiste a offert les premiers repères. Les résistances d’Amérique latine, les luttes de France contre le CPE ont confirmé. La crise actuelle du capitalisme mondial dissipe le mirage libéral même si le processus sera lent. Le PST a résisté et survécu comme tous ceux qui se sont démarqués des caricatures staliniennes. Il prend sa part de la recomposition en cours et il œuvre à la reconstruction d’un mouvement anti-impérialiste, anticapitaliste et démocratique. »
 
Par F. M.
 
Rabah Boucetta, secrétaire national chargé de l’organique au RCD
" Social- démocrate, par fidélité et nécessité"
 
Que pensez-vous des partis de gauche en Algérie ?
Les partis de gauche ont maintenu dans la clandestinité puis dans le pluralisme la perspective démocratique et sociale annoncée par novembre, préfigurée à la Soummam et régulièrement contrariée depuis 1957 après l’assassinat de Abane, par le système Boussouf-Boumediene qui perdure encore. Cet engagement n’a pas permis d’arriver à conquérir le pouvoir dans une scène politique où la compétition est dévoyée par la violence, mais a permis de donner des repères et de garder le cap sur un parachèvement institutionnel digne du combat libérateur, sauvant du même coup le pays des tentations théocratiques où l’ont fourvoyé des dirigeants apprentis sorciers.
Où se situe le RCD ?
La lecture des textes fondateurs du RCD est claire. Le Rassemblement est un parti social-démocrate. Par fidélité et nécessité. Il faut libérer les énergies de la bureaucratie prédatrice et garantir la justice sociale qui est une exigence historique de notre peuple. Le message de la Soummam qui revendique un Etat démocratique et social est plus que jamais d’actualité. Coupler la performance économique à la gestion transparente de la richesse nationale est le défi d’hier et d’aujourd’hui.
Pourquoi le RCD veut-il adhérer à l’Internationale socialiste ?
Le forum de l’IS est un espace de communication et de solidarité important, même s’il a perdu de sa notoriété ces dernières années. Le RCD a postulé pour être membre de cette organisation pour prouver que les forces démocratiques algériennes sont capables d’être une alternative à la fois au régime et à l’intégrisme, tenaille dans laquelle certaines forces politiques de gauche ont longtemps voulu enfermer le destin algérien.
Qu’est-ce qui empêche le RCD d’y adhérer ?
Vous savez que le poids du PS français, relais et animateur du « qui tue qui ? », fut longtemps déterminant dans tout ce qui touchait au dossier algérien. Les amis allemands, espagnols, grecs ou italiens qui ont toujours partagé nos vues n’ont pas pu transcender l’hégémonie française. Mais même chez les socialistes français, les choses sont en train d’évoluer grâce aux nouvelles générations. Cela dit, et sans ignorer l’importance des relations internationales qui ne sont pas réductibles à l’IS, loin s’en faut, l’essentiel de notre avenir se joue chez nous. C’est la formation de la jeunesse et la permanence du travail de proximité, pas toujours visibles, qui marquent le terrain ; c’est ce que nous faisons au quotidien.
 
 
Avis des lecteurs...


Le 5.09.2009 à 23h27
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
Le 5.09.2009 à 23h25
Le peuple à gauche, le pouvoir à droite
 
mr tabou soit vous etes un reveur soit vous ausi vous nous prenez pour des idiots.
vous savez pertinement que vous ne porterez jamais le changement positif pour l’algerie ceci pour plusieures raisons :
1- vous avez la tare d’etre kabyle. votre parti n’a jamais depassé les limites de la kabylie pendant les elections législative voir memes pendant les communales. le pouvoir manipule les arabo islamistes contre les kabyles.en 2001 ils ont dressés des barages à la sortie de setif empechant toute entrée aux nons resident de la wilaya de bejaia en leur disant que les kabyles sont en train de tuer les arabes.
2-vous avez une deuxieme tard d’etre laique.
3-le petrole coule à flot sur le pouvoir ce qui lui permet d’acheter les hommes les plus integre comme des baguettes.
 nous sommes dans un systeme qui tend vers systeme colonialiste comme au temps des francais. on fait fuir l’ argent du peuple, la jeunesse (haraga)les cadres les intellectuels....
 ils ont meme reussi à developper le sentiment de haine des algeriens envers leur patrie
il ne reste qu’une derniere chance pour l’algerie qui est celle de jouer la carte de l’autonomie des regions . l’accé de la kabylie autonome à la democratie et à la laicité agira comme un moteur et catalyseur pour le reste de l’algerie.
la regionalisation apportera que du bien.
occupez vous mr tabou de la kabylie d’abord.



Le 5.09.2009 à 22h28
Le peuple à gauche, le pouvoir à droite
 
 

"En tout cas, le FFS croit fermement qu’il est important pour notre pays et pour notre parti d’adopter des stratégies nouvelles et novatrices pour faire barrage aux forces rétrogrades, révisionnistes et violentes. Il pense que la jeunesse et notamment son élite universitaire sont les moteurs du changement. Ils arbitreront l’avenir. »
 
 

En tant qu’opposition, quand on croit on doit du coup concrétiser ses objectifs sur le terrain ! Or tout le monde sait et tout le monde voit que les Associations à caractère politique (FFS, RCD, PT) ne se sont jamais afranchies de la politique de fin du Monde menée par le régime algérien !
 
 

On ne fait pas "barrage aux forces rétrogrades, révisionnistes et violentes" par de simples déclarations dans la presse ; c’est sur le terrain qu’il faut développer les idées opposées à celles du système pourri, c’est sur le terrain qu’il faut adopter des comportements contraires à ceux des responsables irresponsables et c’est sur le terrain que naissent les changements et les révolutions par les peuple et pour les peuples ! Le FFS a géré et gère encore des collectivités locales, il n’a pas fait mieux que le FLN, il n’a donc pas contredit le FLN, le FFS n’est finalement pas l’opposant du FLN c’est ainsi que se définit la politique !
 
 

L’opposition algérienne existe seulement dans les bureaux et sur les paperasses ; elle accompagne naturellement le FLN dans les carnavals électoraux, ce que d’ailleurs fait toujours Ait Ahmed qui gène plus qu’il ne soutient ses militants en leur rendant visite seulement à l’occasion des cirques électoraux !
 
 

Quand à la "jeunesse" et "son élite universitaire", elles sont depuis des décennies l’espoir et le moteurs du changement des économies étrangères, monsieur le premier secrétaire du FFS ! En le disant franchement et honnêtement vous n’apprendrez rien aux Algériens mais vous rendrez service à votre formation en évitant ainsi l’usure de la langue de bois qui ne nourrit plus son bonhomme aujourd’hui !
 
 

Dans les pays qui fonctionnent, ce sont les responsables politiques compétents, les spécialistes et les experts qui arbitrent, la jeunesse et l’élite quand à elles font le jeu et conduisent le meilleur match ! Ici, "la jeunesse et son élite universitaire" sont hors jeu !
 
 

Mohammed MADJOUR.
 
 
 
Le peuple algérien est dans la merde. Peu importe qu’on l’y ait emmené par la gauche ou par la droite



Le 5.09.2009 à 22h47
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
LA CONFUSION EST TEL QU ON IGNORE DANS QUEL SYSTEME ON TOURNE ACTUELLRMENT ALORS PARLER DE GAUCHE OU DE DROITE ET VRAIMENT UNE NOTION ABSTRAITE ATTENDANT POUR VOIR LA NOUVELLE VERSION SALUTATION ATOUTE L EQUIPE DU JOURNAL



Le 5.09.2009 à 22h47
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
Pour le savoir, il aurait suffit de le demander aux actionnaires des différents journaux à quelques exceptions prêt et à bien des cadres de l’état. ils vous le dirons, eux qui étaient des volontaires assidues des étudiants qui prônaient le socialisme,qui parlaient au nom de Marx et de Lénine qui changeaient de vêtements à l’occasion par faute de moyens, eux qui pour la plus part sont arrivé de bourgades ou on côtoyait la faim. Eh bien avec ce libéralisme sauvage ils sont passés de l’autre côté, ils ne jurent que par le capitalisme, ils snobent les pauvres et même les collègues disons d’un rang inférieur. Au fait la gauche a existé par nécessité et ceux qui l’ont crée l’ont enterré, en passant dans l’autre camp et dites vous que 90% qui prétendent encore l’être changerons une fois au pouvoir. l’homme est un animal dit évolué et le règne animal est le monde du plus fort, L’homme nourrit son cerveau l’algérien nourrit son ventre.



Le 5.09.2009 à 20h38
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
c’est simple elle est passee a droite



Le 5.09.2009 à 22h28
Le peuple à gauche, le pouvoir à droite
 
 

"En tout cas, le FFS croit fermement qu’il est important pour notre pays et pour notre parti d’adopter des stratégies nouvelles et novatrices pour faire barrage aux forces rétrogrades, révisionnistes et violentes. Il pense que la jeunesse et notamment son élite universitaire sont les moteurs du changement. Ils arbitreront l’avenir. »
 
 

En tant qu’opposition, quand on croit on doit du coup concrétiser ses objectifs sur le terrain ! Or tout le monde sait et tout le monde voit que les Associations à caractère politique (FFS, RCD, PT) ne se sont jamais afranchies de la politique de fin du Monde menée par le régime algérien !
 
 

On ne fait pas "barrage aux forces rétrogrades, révisionnistes et violentes" par de simples déclarations dans la presse ; c’est sur le terrain qu’il faut développer les idées opposées à celles du système pourri, c’est sur le terrain qu’il faut adopter des comportements contraires à ceux des responsables irresponsables et c’est sur le terrain que naissent les changements et les révolutions par les peuple et pour les peuples ! Le FFS a géré et gère encore des collectivités locales, il n’a pas fait mieux que le FLN, il n’a donc pas contredit le FLN, le FFS n’est finalement pas l’opposant du FLN c’est ainsi que se définit la politique !
 
 

L’opposition algérienne existe seulement dans les bureaux et sur les paperasses ; elle accompagne naturellement le FLN dans les carnavals électoraux, ce que d’ailleurs fait toujours Ait Ahmed qui gène plus qu’il ne soutient ses militants en leur rendant visite seulement à l’occasion des cirques électoraux !
 
 

Quand à la "jeunesse" et "son élite universitaire", elles sont depuis des décennies l’espoir et le moteurs du changement des économies étrangères, monsieur le premier secrétaire du FFS ! En le disant franchement et honnêtement vous n’apprendrez rien aux Algériens mais vous rendrez service à votre formation en évitant ainsi l’usure de la langue de bois qui ne nourrit plus son bonhomme aujourd’hui !
 
 

Dans les pays qui fonctionnent, ce sont les responsables politiques compétents, les spécialistes et les experts qui arbitrent, la jeunesse et l’élite quand à elles font le jeu et conduisent le meilleur match ! Ici, "la jeunesse et son élite universitaire" sont hors jeu !
 
 

Mohammed MADJOUR.
 
 



Le 5.09.2009 à 19h04
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
Arretez vos c****ies !J’ai cru que nous sommes en "democratie" et avons une liberte d’expression fi bled notre roi Boutef.
C’est une simple "image" comme vous dites et NULLEMENT un drapeau, alors le mieu pour vous, cher monsieur, c’est d’aller voir avec ceux qui font les "Cheers" au-dessous dans les administrations d’etat, qui gouvernent, volent et detournent en son nom !



Le 5.09.2009 à 19h02
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
ben... il n’en reste absolument rien ; tout est droite !!! bouteflika les a tous roulés et eux , sans principes, se sont laissés faire parce qu’ils s’intéressent beaucoup plus à leurs intérêts personnels qu’à la lutte. Espérons que Marx ne soit pas au courant !!



Le 5.09.2009 à 16h17
Le peuple à gauche, le pouvoir à droite
 
 



Le 5.09.2009 à 18h40
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
Chez nous il n’y a ni marxisme , ni nationalisme, il y a l’opportunisme. Vous ne voyez pas des ministres changer de partis (ou de camps)comme on change de chemises. Allez y demander à Mme Toumi et à Mr Soltani ( pour ne citer que ces deux)ce qu’ils en pensent.



Le 5.09.2009 à 16h40
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
Pour se maintenir, la gauche algerienne aurait dut additionner ses idees de gauche a ce qui fait la personnalité algerienne. ce n’est pas en ignorant dieu et son prophete en orientant leur adoration vers Marx et Lenine qu’elle sera soutenue par le peuple algerien musulman dans l’âme. Sans ce qui fait la personnalité algerienne que reste t’il a cette gauche d’algerien ?. Nous avons adheré aux rangs communistes quand leurs idées etaient favorables a notre revolution mais nous ne nous somme jamais engagé a vendre notre âme. Allah iehdina.
répondre
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
non le peuple Algérien n’est pas musulman d’origine comme vous le prétendez il a été aussi catholique comme il a été non croyant il a été converti a l’islam des l’arrivée des arabes en Algérie le résultat est visible actuellement .




Le 5.09.2009 à 16h38
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
une si longue claustration engendre des valets ou des tuteurs et parfois dans le meme homme, les deux, l’intelligence conciliante dans les chaines perd en lucidite ce qu’elle gagne en fureur (...)la gauche algerienne n’a pas d’existence reelle, elle est la divinite de toutes les passions. l’economie cesse d’etre un lieu de debat sur la marche generale de la societe et devient le domaine des professionnels dont les investigations portent surtout sur des points techniques souvent obscurs pour le grand public (...) personne n’a reussi et donner une theorie economique a la valeur du salaire...le monde change, evolue, grace a des transformations et innovations avec une vigueur nouvelle contredit le pessimiste de marx...l’effondrement d’une puissance de l’est et de ses satellites ont entraine le naufrage des outils intellectuels proposes par ce penseur...le socialisme a montré ses limites dans cette societe de consommation (...) malgre les gesticulations politiques, c’est un sujet complexe qui merite debat... l’imperfection de notre societe fait parti de toutes les tendances politiques confondues...ces forces qui s’ignorent et se combattent toujours doivent acté une solidarite necessaire en terme de redéploiement pour ne pas souffrir d’une agression embryonnaire pour une incitation a la debauche...la prudence n’est pas un pragmatisme, elle est une vertu, exorcisons nos fantomes pour devenir des hommes et femmes d’avenir car nous sommes avenir (...) fraternellement lhadi
 
 
 
 
 



Le 5.09.2009 à 18h36
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?



Le 5.09.2009 à 16h35
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
 

L’Etat algérien ( L’Etat de "l’Algérie nouvelle", pour les initiés ) est mort depuis 1980 !
 
 

J’ajoute seulement que l’Algérie de 1965 à 1980 n’a jamais été socialiste ; mais seulement "sociale" ! Ceux qui ne sont pas d’accord doivent revoir le contenu iodéologique du socialisme et son application dans nombre de pays, notamment "les pays de l’Est" ! On ne peut, à mon sens parlezr de "Gauche, Droite ou Centre" dans un pays qui n’a jamais trouvé sa voie, qui n’a jamais finalisé un projet de société !
 
 

Depuis cette année maudite, le FLN s’était métamorphosé en un régime le plus irresponsable de la planète Terre !
 
 

Tout a été démantelé en l’espace de quelques années, tout a été dilapidé, accaparé, vendu au dinar humilié, privatisé à "l’algérienne" ... Avant 1980, les Algériens étaient tous une sorte de classe juste moyenne qui travaillait pour vivre, aujourd’hui on ne peut compter le nombre de milliardaires qui ne payent même pas les impots !
 
 

Ne pas comfonfre avec "une dictature" ou simplement un régime totalitaire,car dans les deux cas il y’a des responsables qui travaillent quand même pour le pays !
 
 

Ici, le fonctionnaire élu ou désigné fait ce qu’il veut et l’individu non admministré, non gonverné et non assisté fait ce qu’il veut ! A croire qu’il existe une certaine complicité...
 
 

Normal donc que cette situation baigne dans une corruption généralisée parce qu’il faut payer pour le moindre "service public" rendu !
 
 

Les remous et les révoltes esquissés depuis 1980 ont été étouffés par la matraque et la corruption en versant les "pensions qu’il faut", le régime est donc encore en bonne santé !
 
 

Mohammed MADJOUR.
 
répondre
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
c’est vrai la gauche Algérienne n’a jamais existé elle n’a jamais eu le temps. juste une question pour vous Mr M.MADJOUR vous semblez lutter contre le pouvoir actuel c’est tres bien.ma question est penser vous que la religion à un role politique à jouer en Algérie.

répondre
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
la psychologie des foules devait devenir le livre de chevet de nombreux hommes politiques, alors que meme le concept de suggestion etait progressivement abandonné...les rivalites se transforment en solidarité, c’est en ce sens que freud a pu ecrire " l’esprit commun,l’esprit du corps, decoulent incontestablement de la jalousie...le sentiment social repose ainsi que la transformation d’un sentiment primitivement hostile en un attachement positif qui n’est au fond qu’une identification." fraternellement lhadi
 
 
Nationalisme arabe est une idée vague, tout les concepteurs de ce reve sans objectif sont plus en vie(2009), a commancer par l´egyptien nasser, le syrien assed, puis boumadien et enfin sadem houssine, (kadafi domistiqué). Leurs gestion catastrophique de leurs pays , aprés leurs déccès, ces revolutionaires(les heros autoproclamé) d´un autre age ont laisser dérière eux que le désolement, pire encore la libération de la palistine n´est qu´une fumé dans l´air, comme en dit en langue kabyle, "Awritd Umekhssa"



Le 5.09.2009 à 18h32
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
IL N’Y A NI GAUCHE NI DROITE,IL N’Y A QU’EN AVANT TOUTE. NUL NE RESPECTE L’AUTRE,L’ANARCHIE TOTALE.Y A T-IL UNE HIEARCHIE ? SI OUI,MONTREZ LA MOI SVP.



Le 5.09.2009 à 18h14
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
il ne suffit pas de chanter sur tous les toits qu’ on est de gauche pour que l’ on soit rellement.on a vu des gens se reclamant de la gauche soutenir le pouvoir militaro finacier par opportunisme.on a vu des pretendus militants de gauche approuver la politique eradicatrice du pouvoir.on a vu des leaders polititiques se reclamant de la gauche cautionner les mascarades electorales organisées par un regime honni par le peuple.Etre de gauche :c’ est defendre energiquement, concretement et activement les valeurs de libertés, de justice et d’ egalité que revendiquent les citoyens.C’ est au citoyen qu ’il revient d’affirmer qui est de gauche et qui ne l’ est pas, jusqu’ a preuve du contraire, en Algerie, il n’ existe qu’ une gauche virtuelle , ue gauche de salon.une gauche de theatre(louiza hanoun) dont les roles sont distribués par le pouvoir.Alors de grace ne parlez pas de gauche en Algerie
 
 
 
 
 



Le 5.09.2009 à 17h55
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
il n’y à ni doite ni gauche ni élite en algérie.il y à des KHOUANJIA qui croient qu’ils sont au service de dieu et qui militent pour etre récompencé " el Janna : avec les hours el 3ain, soisante dix milles chaque jour, et les fleuves de miel et du vin...et yajouz pour eux lorsqu’ils trouvent leurs MASLAHA wa la yazhouz pour les autre " des DEMOKHRATJIA : trabendiste chasseurs des KARASSI pour avoir 30 millions par mois + une arme + des femmes + quelques logements pour revendre avec l’assurance des BOUYOUTS EL MAL qui assurent les credits fonciers - des MOUTA-QUAYIDINE : qui attendent la MENNA OU 3ATA et les CHAGABES:qui arrachent se qu’ils demandes avec la casse et en coupant les routes - ou des HARRAGA : une petite barque ou chambre à air et...- autres :ils n’ont que deux RIHLAT UNE au HAJ l’autre qui passe la saison des moissons à sousse et qui se plaint qu’il y à beaucoup de tunisien en tunisie c’est les TOUNISTE.



Le 5.09.2009 à 17h47
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
le vrai problème n’est ni dans la droite ni dans la gauche, d’ailleurs l’algerie depuis 1962 n’a été ni droite ni gauche, elle a été un simple etat anarchique géré par une mafia que tout le monde connait et qui faisait et fait toujours la pluie et le beau temps et qui continue toujours à prendre ce malheureux peuple(qui est d’ailleurs complice et compati toujours avec ce système)pour des cons, vous n’avez qu’à constatez ou sommes nous arrivé ce jour:rien ne va plus,une tension sociale trés palpable,une corruption généralisée,un gouvernement qui fait semblant de payer des travailleurs qui font semblant de travailler,des intélléctuels marginalisés,une anarchie généralisée, une echelle de valeurs inversée,personne n’est à sa place,des citoyens livrés à eux meme (agressions,délinquence,stupefients,crime organisé....une vraie jungle quoi),alors que tout le monde est occupé soit à chercher un boulot complémentaire légal ou illégal pour essayer de joindre les deux bouts,soit à se remplir les poches(corruption, détournement de biens publiques et credits bancaires de milliers de milliards non remboursés) et ce ci dans l’impunité la plus totale:avez vous déja entendu parler d’un gros poisson ayant detourné ou bénéficié d’un credit non remboursé de plusieures centaines ou milliers de milliards qui a été puni ou emprisonné...NON..hélas c’est la réalité amère de notre algerie et qui finira par oter toute crédibilité et toute HAIBA à notre état,ci ce n’est déja fait



Le 5.09.2009 à 17h24
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
Beaucoup je pense, les annees 60 et 70, paradoxalement sous le joug d une dictature feroce, a permis la diffusion dans notre pays d idees et concepts humanistes, sociaux, valorisant l etre humain et son environnement avec une vision du developpemt economique du pays autonome et integree. Rappelez vous des debats cryptes dans Afrique Asie ou l excellent, l unique - a une epoque - Algerie Actualites. Il en reste quelque chose, faut pas oublier que Min Jibelina a ete composee par des gauchistes algeriens en l honneur du heros maghrebin de la splendide victoire de Annual, RIF, Abdelkrim el Khattabi, sur l air de Sambre et Meuse chere au PC francais de cette epoque.



Le 5.09.2009 à 17h12
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
la gauche alagerienne a bien existe , des militants qui ont sacrifié leurs vie pour promouvoir leurs valeurs et leurs vision d une algerie moderne.donc c’est pas la faute a ces honnête militant par ce qu’ils ne sont pas connu , mais c’est au illettrés politique qui donne leurs avis sur une question qui leurs échappé et c’est vraiment ça qui fait le malheur de notre payé. par contre a l heur actuelle il y a une gauche incarne par des opposants (rcd) et les pseudo opposant comme pt. en Algerie actuelle , le système a tué la gauche , et toute la carte politique, et ça peut être très dangereux pour nous bien sur pas pour eux..............
RCD , pt , et les autre c’est la gauche .....FLN MSP RND ET LA SOCIÉTÉ CIVIL VENDU C EST LE CENTRE ...........LES ISLAMISTES C EST ZA3MA LA DROITE ............
ET LES BANQUES ÉTRANGÈRE LA CORRUPTION C EST EN DÉNOMINATEUR COMMUN .ET L EQUIPE NATIONALE BIEN. :-)
RABI YEKOUAN EL KHIR.




Le 5.09.2009 à 16h34
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
il est ou la droite pour parler de la gauche ??
répondre
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
EN ALGERIE , IL N Y A NI GAUCHE NI DROITE : IL N Y A QUE DES ENERGUMèNES QUI SONT AU POUVOIR QUI S’ENGRAISSENT ET S’ENRICHISSENT à OUTRANCE ET D’AUTRES GUGUSS QUI SALIVENT EN LES REGARDANT TOUT EN NOURRISSANT L’ESPOIR DE PRENDRE UN JOUR LE TRÔNE ; EN ATTENDANT , LA POPULACE AFFAMéE ATTEND ET CE DEPUIS LA NUIT DES TEMPS ..




Le 5.09.2009 à 16h09
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
ni droite ni gauche nous allons tout droit vers l’abime.



Le 5.09.2009 à 15h37
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
Il n’y a ni gauche, ni droite , ni centre depuis des décennies messieurs, par contre il y a bel et bien un parti unique qui mène la danse depuis 1962 en association avec les félons islamistes qui sont devenu aujourd’hui les inébranlables piliers du régime naviguant entre autoritarisme , simulacre de démocratie et dictature .
Tous ces peuples qui se sont libérés des chaines de la dictature a travers le monde ,se sont libérés grace a la gauche plurielle de la social-démocratie et ont installé du coup leur pays respectives au tout premier rang des puissances mondiales .
Qu’en est-il chez nous, Et que fait ce peuple plongé dans le coma depuis 1962 pour se libéré et briser une fois pour toute les chaines de son malheur ? .
répondre
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
le parti FLN n’a jamais pris le pouvoir.ce sont toujours ces forces occultes (les maffieux à la solde des gendarmes du monde)ils se sont fortifiés par des extras , qu’il ont réussi à éliminer toutes les forces politiques intègres . meme vous monsieur,voue faites leur jeu car c’est de cette manière qu’ils ont réussi à clochardiser toutes les valeurs du FLN.sachez que tant qu’il y a des hommes sincères et loyaux envers leur pays,la résistance existera et vaincra .




Le 5.09.2009 à 15h25
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
Que reste t il de l’Algerie fallait t il se demander ! Cessez de nous leurer avec ce genre de sujet. Aujourd hui aucun algerien n’est dupe ! On peut resumer la situation comme ceci. En sortant ,la france a delegué ses pouvoirs à une poignée de gens qu’elle a chargé de gerer le pays en veillant sur les interets economique de la France. cette poigné de gens s’est peu à peu muée en une mafia.



Le 5.09.2009 à 15h02
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
l’arabo-islamisme ne tolère aucune autre forme de gérance que celle dictée par le coran.
répondre
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
le coran pour t’informrer n’a jamais fait allusion a l’arabo-islamisme mais a des valeurs nobles mais plutot les laico-baathistes qui t’ont gouverné pandant des decénis en utilisant des illusions pour nous vehiculer comme des moutons egarés donc t’as rien compris sinon l’ignorance et la haine que t’as dans le coeur envers l’islam et vouloirs suivre aussi des ideologies importées d’occident et qui ont leurs epreures dans l’egarement total des societés dites civilisées mon oeil !car ces societés tolerent l’homosexualité,l’adultere deguisé,l’usure,la pornographie en famille,l’alcool anehantisant et reduisant l’espene humaine et j’en passe...,l’islam pour t’informer n’a jamais été appliqué et gouverné ,ce sont des semblables egarés dans l’obscurité qui nous conduit a cette situation donc reveilles toi grand dormeur !amicalement




Le 5.09.2009 à 15h01
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
Cher compatriote, j’ai l’impression que vous regettez la mise en demeure de la gauche. Est ce que vous aves vu ou la gauche a amene les pays qui ont ete geres par les commies et les socialistes comme l’URSS,Cuba, etc ? Meme les pays les plus endoctrines par la gauche tels que les pays de l’Est se lancent eperdument et aveuglement vers la "market economy", le capitalisme. Il faut être realiste et pragmatique et voir la realite sur Le terrain en comparant la vie des citoyens Europeens de l’ouest vs ceux de l’est, Rien n’est toujours parfait mais quand meme...reveillez vous !
A.Ferhat, USA
 
Le 5.09.2009 à 14h15
la gauche......trés gauche
 
"Nous sommes la gauche" !!!!! c’est sidérant que ces gens du PT dont le nom du parti rime avec hachakoum "mauvaise odeur" ou "gaz toxique émis par le pôle sud", nous sommes la gauche.... Existe t-il une gauche aussi gauche que la notre de part le monde ? Aboyer à longueur d’années contre Khelil, Hamid Zemar and co et épargner prudemment celui qui les a fait ministres c’est pour le moins surprenant. N’entend elle pas notre bonne Louisa national que toute l’équipe gouvernementale, les zélotes du RND / FLN s’entendent tous pour appliquer le programme du président ????? La tentative de 2005 de dénationaliser le pétrole n’a t’elle pas été LE PROJET du président qu’il a défendu devant ce sinistre personnage de l’UGTA en prétendant que si on ne dénationalise pas, les USA vont nous faire subir le sort de l’Irak ? si Hannoun fait semblant d’avoir oublié il y’a les archives audio-vidéo de l’insipide ENTV. Quand il y’eu le procés de l’affaire Khalifa n’a t’elle pas volé au secours de l’affreux Sidi Said en criant au complot contre... l’UGTA alors que l’affreux avouait sans honte avoir falsifié le PV de délibération portant décision de déposer l’argent de la CNAS chez KHALIFA. Lorsque des travailleurs courageux ont décidé de s’organiser en dehors de l’appareil de l’UGTA (qui n’a rien à voire avec un syndicat des travailleurs) Hannoun encore une fois a raté l’occasion d’être un parti de gauche sinon de se taire, elle a crié au complot contre l’unité des travailleurs alors que n’importe quel quidam sait que l’UGTA est une coquille vide avec un appareil où grenouillent le lumpen prolétariat, les zigotos les plus invraissemblables, les carriéristes les plus indigents intellectuellement-moralement, des voleurs de bas étage, les truands et les voyous dont la plupart sont encore dans l’appareil à scandales de l’UGTA alors que leurs entreprises d’origines ont été disoutes depuis 15/20 ans. Être de gauche c’est Osmane Allah yarhamou, mort dans le dénuement avec un bout de craie à la main en transmettant un savoir cartésien et les poches bien vides, lui Hannoun l’a vilipendé pour ne pas être resté à l’UGTA des voyous et des voleurs, à ces yeux il n’est que le diviseur des rangs des travailleurs. Maintenant si la gauche n’existe plus c’est la faute à ses dirigeants, à cause des errements des uns et des autres. Le bel exemple c’est bel et bien le PAGS et son fameux soutien critique aux DR... Si avec Si El Houari il y’avait réellement des tâches d’édifications nationales comme on les appellait à l’époque et que l’engagement et le soutien au pouvoir avait un sens, à la mort de Boumédiène c’est le virage à droite toute, l’article 120, l’orientation de l’économie de production vers le bazar de l’import, la restructuration assassinement des entreprises publiques....alors que le PAGS appelait à soutenir le pouvoir !!!! j’étais jeune militant à la base on bouillonanit, on avait envie d’en découdre avec le systéme car le peuple était convaincu de nos idéaux, les gens adhéraient ; notre direction coupée des réalités ou pleutre par peur de croiser le fer avec le systéme continuait d’annôner "le soutien crtitique aux DR dans le pouvoir, nous militants de la base on avait beau scruter l’horizon on n’en voyait pas de DR, alors la contradiction a été levée par l’abandon dans la nature de centaines de cadres et de militants de base avec l’étoile jaune infamante de "ce sont des Mencheviks, des agents de la SM, des gauchistes, des troskistes..... Quelques années plus loin, le mécontententement atteignait le paroxisme et il fut canalisé par les islamistes qui dénonçaient sans fioritures le systéme FLN, le pouvoir de Chadli, ses ministres, son appareil du FLN. Les gens ne pouvaient que suivre car le terrain a été vidé par cette gauche Marxiste inconséquente pour un chimérque soutien critique à un pouvoir corrompu et vomi par le peuple qui par contre accordait quelques strapontins à quelques cadres du PAGS.
 



Le 5.09.2009 à 14h35
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
Que reste-t-il de la gauche couscous ?
Pratiquement rien, mes amis !
L’ogre Bouteflika et ses alliés islamistes l’ont dévorée cru.
Aujourd’hui, ils sont "seuls sur le terrain".
Pauvre peuple algérien, pris dans la logique infernale de la peste et du choléra, si chère à Saïd Saadi !
répondre
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
J’ai bien aimé l’expression "la gauche couscous".
Elle est de toi ?

répondre
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
Je crois que oui. Elle m’a été inspirée par la fameuse réflexion de Mitterand :"la gauche caviar"

répondre
......Couscous : Marque Déposée pour AIR ALGERIE !
.....Arrêtez vos échanges d’amabilité , vous 2 ! Le mot "COUSCOUS" est une Marque Déposée par "ses" voyageurs car elle concerne STRICTEMENT et EXCLUSIVEMENT la Compagnie AIR ALGERIE !!!

répondre
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
Le journaliste a un sacre parti pris. Vous me faites rire tous, le meilleur couscous est l’algerien, alors vous etes invite(e)s ! Couscous au mouton, au poulet ou au poisson et Kasher ou Halal ? peu importe qui a le pouvoir d’imposer cette certification digne des dictateurs et des maffieux,... pourvu que ce soit la Gauche des "sarikates hallals" ! Ou bien est-ce une forme de racket !!! A vous de juger.... sinon choisissez le couscous au poisson, c-a-d : ls gros poissons mangent les p’tits poissons, c’est delicieux !




Le 5.09.2009 à 14h24
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
Sur cette question et sur d’autres aussi intéressantes, à lire absolument :
"SOS, peuple et pays en danger" et "Lettre ouverte à Monsieur Abdelaziz Bouteflika, Président de la République Algérienne Démocratique et Populaire"
de Moussa Benmoussa
Blog : http://amnistie.centerblog.net



Le 5.09.2009 à 14h24
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
De gauche ou de droite tous des anarchistes(DARWIN) !!!. Vous voulez sans doute savoir la raison ? Consultez ALAIN MINC "le crépuscule des petits dieux" qui parle sur la disparition des élites de pouvoir. Vous trouverez peut etre la réponse !!!!!



Le 5.09.2009 à 14h10
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
Sachant que ce sont les différents courants de gauche, qui se sont opposés à sa prise du pouvoir vacant en 1978-1979, Bouteflika, le racunier, a juré de se venger de cette "trahison".
Depuis 1999 il favorise ouvertement le courant islamo-conservateur, obscurantiste et rétrograde.
La gauche algérienne a été laminée.
Les uns après les autres, les partis et personnalités classés de gauche, ont sombré dans l’oubli criminel.
Plus cynique ue Boutef, tu meurs !
répondre
.....Tu délires ou tu provoques ???
....BOUTEF "empêché" par la Gauche Algérienne de prendre la relève de BOUMEDIENNE !!! La terre entière sait PERTINEMENT que dans les pays SOUS-DEV. les "faiseurs de rois" se trouvent "GENERAL...EMENT" (sans jeu de mots !)dans les casernes et tu viens prendre les "enfants du Bon Dieu pour des Canards Sauvages"....
Tu Hallucines pour ce 15ème jour de RAMADHAN.....Bon courage pour les 15 derniers jours !

répondre
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
Notre ami voulait certainement dire que la caserne, dont vous parlez, avait utilisé ce qui faisait office de gauche, en Algérie, pour empêcher Boutef de succéder à son maître.
Pour atteindre cet objectif, elle a dû lui présenter le petit Boutef, réputé être le propiétaire du "Bon marché" d’Alger, comme un affreux capitaliste qui allait mettre en danger leur monopole sur les "affaires" publiques.
Décidément le Ramadhan commence à faire des siennnes.
Allez y molo molo, les gars.
Saha Ftourkoum.

répondre
.....Mohamed Salah YAHIAOUI était tout indiqué !!!
....."La caserne" n’a pas l’habitude de "faire compliquer quand c’est SIMPLE " !!! Vous prétendez que les "faiseurs de rois" de l’époque ont UTILISE " ce qui faisait office de Gauche" contre BOUTEF ???? Or, pour raffraîchir votre mémoire , appremment défaillante ( j’ai écris : apparemment !) : l’autre candidat qui avait les faveurs de ce "qui faisait office de Gauche" était feu Mohamed Salah YAHIAOUI !!! Rappelez-vous : Dans Tous Les cafés , Dans tous les Salons de coiffure , les pronostics allaient bon train BOUTEF / YAHIAOUI.......Mais , ne vous en déplaise : les "Faiseurs de Rois " avaient décidé de " mélanger les Dominos" et "ILS" nous ont fait sortir un autre LAPIN du chapeau , politiquement INCOLORE et INODORE .... Courage ! pour les 15 derniers jours de RAMADHAN , Khouna !

répondre
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
"Le petit Boutef" est un grand magouilleur.
Il ne traine pas que la casserole du "Bon marché".
Il y a aussi le détournement du budget du MAE, l’affaire Khalifa et les nombreux scandales qui vont venir et dans lesquels lui et sa famille sont impliqués jusqu’aux cous.
Il n’est donc pas si petit que cela "le bonhomme, qui a un coeur gros comme ca" dixit Cheb Khaled.
Je dis bien Khaled et non pas Mami, qui était son porte parole à Val de Gràce.
Vous voyez maintenant pourquoi il veut mourir sur le koursi présidentiel, qui est en train de devenir le lit présidentiel.

répondre
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
Cheb Khaled, Cheb Mami et pourquoi pas Cheba Zehouania ou Cheba Djania, tant qu’on y est ?
Ca ne vole pas haut du coté d’El Mouradia.
Dis moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es.
Betchine avait moins Foulla, la star moyen-orientale, qui était d’un autre calibre meme si elle fut, pour quelques mois la dulcinée du King.

répondre
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
Le petit bonhomme a un appétit d’ogre.
Il collectionne les casseroles comme d’autres les timbres.
Ses casseroles sont comme les poupées russes, les unes en cachent d’autres.
Décidement, il y a quelque chose de pourri dans le palais d’El Mouradia.

répondre
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
Apparemment, "le palais d’El mouradia" est en train de remplacer un certain hammam tenu par la famille à Oujda, dans les années 1950-1960.
Qui a déjà dit ue "celui qui peut gérer un hammam, pourra gérer l’Algérie" ?
Réponse : Boubagra.



Le 5.09.2009 à 13h38
Le peuple à gauche, le pouvoir à droite
 
Bonjour, Je ne sais pas pourquoi, le FFS ne dévellope pas un discour de gauche dans ces apparitions et programme, il se contente seulement d’envoyer ces pseudo cadres, pour voyager et faire du tourisme avec l’internationale socialiste. Bien à vous, Hocine.
répondre
Le peuple à gauche, le pouvoir à droite
Insulter sous couvert de l’anonymat est très facile(pseudos cadres...,tourisme etc....,sans connaitre réellement le niveau de ces cadres et leurs objectifs en mission à l’étranger). Savez vous qu’il y a des universitaires dans la direction de ce parti et que c’est le seul parti qui bouge,avec des universités d’étés,l’école de formation d’Ali MECILI,sans oublier ce que fait mr AIT AHMED à l’étranger pour dénoncer cette junte militaire et détruire ce régime maffieux,qui,avec près de,ou peut etre plus de 200 milliards de dolards,plus de la moitié du peuple vit sous le seuil de pauvreté.Soit vous faites parti de ce pouvoir(et il arrivera le jour ou vous payerez,soit vous etes à coté de la plate et vous avez interret à vous réveiller). je ne suis pas de ce parti,mais,je crois que c’est le seul qui est crédible en Algérie et un jour,s’il continue dans cette voie,il accèdera au pouvoir démocratiquement.
 




Le 5.09.2009 à 13h53
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
Attention, les lèche-bottes du FLn, du RnD et autres gardiens autoproclamés de la vache laitière vont sortir leurs cornes contre El Watan pour la photo accompagnant cet article.
Ils l’ont déjà fait lorsque le RCD a osé hisser un drapeau noir au dessus de son siège, en signe de deuil, lors de l’élection de la honte du 09 Avril 2009.
Des énergumènes chauffés à blanc et armés par des hommes de main de SaId Bouteflika et Zerhoui, avaient attaqué, dans l’impunité la plus totale, le siège du RCD où ils ont été tabassés par les militants de ce parti démocrate.
Vigilance, vigilance, Vigilance, amis d’El Watan, ces voyous sot capables de tout en ces temps de désarroi et de panique générale.
Vous êtes d’orès et déjà assurés de ma totale solidarité.
répondre
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
leche botte c’est beaucoup dire :disons BENI OUI-OUI.




Le 5.09.2009 à 13h45
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
et bien c’est commun a toutes ideologies humaines car sont tout vouées de disparaitre avec l’evolution du mental et des besoins quelque que soit le temps et l’espace,chose qui est tout a fait naturelle,donc le maxisme avec ces dérivées,le capitalisme et ces dérivées ,enfin de droite a gauche en passant par le centre et reflechie par les notables d’une population donnée quelle soit occidentale,orientale,d’est ou d’ouest,du nord ou du sud,la diperdition et la disparition est leur point commun !la preuve est là ouvrons juste les yeux(sans donner de details)et pour finir seul les precpetes islamiques sont capables de gerer des societés multidimentionnelles et differentes sur le plan des us quelque soit le temps et l’espace,des etudes dignes de foie montrent que cele est amplement possible en apliquant sincerement ces lois et ces preceptes qui ne sont d’ailleurs ni injuste ni raciste ni sectaire mais egals a tous !voyez le capitalisme qui n’est d’autre qu’un monstre pietinant une classe au detriment d’une classe(sans donner de details),le communisme et socialisme ne sont d’autre qu’une autre forme d’injustice en favorisant une classe au detriment de l’autre,donc les preceptes islamiques vont dans le sens de la protection de l’individu sur tout les plans quelque soit la societé,le temps et l’espace ainsi comme le soeil qui se leve et brille sur tous le monde !le probleme majeur c’est qu’une forme de haine et d’hypocrisie regnent a l’echelle planetaire pour nous cacher ce soleil avec un tamis !je dirais quelle stupidité,donc c’est a nous de prendre contience de ces valeurs(islamique)valables et immuables durant toute la traversée de notre chere terre vers une destinée precise !
répondre
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
si l’islam avait apporter quelque chose à l’Algérie depuis plus de 800 ans qu’il occupe l’Algérie ont l’aurais vu .




Le 5.09.2009 à 13h41
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
Monsieur le journaliste, pour mesurer les forces de l’opposition, il faut qu’il des décomptes de voix et élections honnêtes !
a t-on eu des articles de ce type durant la campagne ?



Le 5.09.2009 à 12h56
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
 
je me demande est ce que ils on le droit de faire cette image au drapeau ?
répondre
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
est-ce la seule chose qui vous chagrine ?
le contenu ne vous dit rien ?

répondre
Que reste-t-il de la gauche algérienne ?
Sache mon ami qu’un morceau de tissu, même qui est de couleur vert blanc est rouge n’est finalement qu’un morceau de tissu, et n’importe qui peut les utilisr comme il lui sied, mais le drapeau national est un tout, du vert du blanc et du rouge. Le rouge doit etre représenté seulement et uniquement par le croissant et l’étoile à cinq branches comme stipulé dans la constitution (Le pire c’est que tous les brezidene algeriens l’on b... à leur guise). Et le drapeau que vous voyez sur le journal n’est pas le drapeau algerien pour lequel se sont sacrifiés beaucoups d’Algeriens, sauf si vous êtes du RND ou du FLN, alors là, c’est pas étonnant si vous prenez le drapeau Italien pour un drapeau Algerien. amicalement.



Le 5.09.2009 à 13h38
Le peuple à gauche, le pouvoir à droite
 
Bonjour, Je ne sais pas pourquoi, le FFS ne dévellope pas un discour de gauche dans ces apparitions et programme, il se contente seulement d’envoyer ces pseudo cadres, pour voyager et faire du tourisme avec l’internationale socialiste. Bien à vous, Hocine.
répondre
Le peuple à gauche, le pouvoir à droite
Insulter sous couvert de l’anonymat est très facile(pseudos cadres...,tourisme etc....,sans connaitre réellement le niveau de ces cadres et leurs objectifs en mission à l’étranger). Savez vous qu’il y a des universitaires dans la direction de ce parti et que c’est le seul parti qui bouge,avec des universités d’étés,l’école de formation d’Ali MECILI,sans oublier ce que fait mr AIT AHMED à l’étranger pour dénoncer cette junte militaire et détruire ce régime maffieux,qui,avec près de,ou peut etre plus de 200 milliards de dolards,plus de la moitié du peuple vit sous le seuil de pauvreté.Soit vous faites parti de ce pouvoir(et il arrivera le jour ou vous payerez,soit vous etes à coté de la plate et vous avez interret à vous réveiller). je ne suis pas de ce parti,mais,je crois que c’est le seul qui est crédible en Algérie et un jour,s’il continue dans cette voie,il accèdera au pouvoir démocratiquement.
 
 
Avis des lecteurs...
Mon ami, je n’arrive pas à suivre votre raisonnement, quoi que je ne suis pas militant de ce parti, mais soyez surs que c’est ce qu’il y a de mieux parmi les associations à carac tère politique dans ce foutu bled, le reste, c’est selon les intêtert et les enjeux du momment. Pour ce qui est du voyage et du torisme, personnellemnt je trouve que beaucoup préfèrent ça qu’à être harrag. Le FFS se trouve le seul parti qui ne promet rien à ses militants sauf de galérer dans l’opposition. Amicalement Tarek.
 
  « Pour une Algérie Républicaine Moderne et Sociale »  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=
« Pour une Algérie Républicaine Moderne et Sociale »