« Pour une Algérie Républicaine Moderne et Sociale »
   
  PARTI pour la LAICITE et la DEMOCRATIE (P-L-D) ex MDSL
  Le 8 mars 2019 et el PLD!
 

Aux grandioses manifestations populaires,

Une solution unique

Une transition républicaine démocratique confortée par l’ANP !

 

Depuis de longues années couve en Algérie une crise politique qui plombe la vie politique, économique, sociale et institutionnelle du pays. Cette crise multidimensionnelle plonge ses racines dans la nature bureaucratique, corrompue et rentière de l’Etat et la stratégie de compromission avec l’islamisme politique.

Après les événements d’octobre 1988 et particulièrement après le déferlement du terrorisme islamiste à partir des années 90, le pouvoir banalise l’islamisme politique en légalisant les partis qui s’en réclament et inaugure un parlementarisme et un multipartisme de façade nourris à la mamelle de la rente au lieu d’inscrire résolument le pays dans la modernité et les canons de l’Etat de droit.

De cette façon, le système s’assignait un objectif unique : légitimer aux yeux de l’opinion les différents gouvernements qui se sont succédé au pouvoir pour perdurer et ajourner la solution à la crise nodale du pays, à savoir celle de l’Etat et de sa nécessaire  refondation, bloquant ainsi les conditions de son émergence.

Ni les immenses sacrifices consentis par le peuple dans sa résistance au terrorisme islamisme, ni le sang versé pendant ces 3 dernières décennies n’auront suffi au système pour le décider à écrire un nouveau chapitre dans l’histoire du pays et graver dans le marbre la nécessité des ruptures. Pourtant le pays est lesté par la chape de plomb d’un pouvoir despotique cuirassé par une mouvance islamiste qui freine des quatre fers toute velléité de changement.

Ebranlé ce 22 février 2019 par la fulgurante irruption du peuple sur la scène politique, confirmé par la journée du 1er mars 2019, et de toutes les marches quotidiennes depuis, le pouvoir surfe sur les traumatismes de la décennie noire et joue sur les peurs engendrées par un contexte international particulièrement délétère dans la région, pour tenter de juguler un mouvement de masse inédit, d’envergure nationale et qui tranche radicalement des manifestations antérieures, par sa hauteur de vue politique et son caractère éminemment pacifique.

 

Rien n’y fait ! L’onde de choc populaire s’est propagée comme une traînée de poudre dans toutes les contrées du pays et s’installe désormais dans la durée. Porteur de mots d’ordre appelant à la démocratie et au renouveau politique, le peuple rejette non seulement la mascarade du cinquième mandat mais exige la fin du régime parce qu’il a compris que Bouteflika est l’arbre qui cache la forêt d’un système, obstacle principal à l’essor du pays.

Dans un sursaut national hors du commun, le peuple veut se réapproprier son destin, sa liberté et sa souveraineté. La société est décidée plus que jamais de s’affranchir des contraintes d’un régime caractérisé par l’autoritarisme, l’obscurantisme, l’esprit rentier, le clientélisme et la corruption. Ce mouvement populaire d’une puissance inégalée bien qu’impétueux, porte en lui le sceau de sa propre fragilité et charrie un déficit colossal d’organisation. Il n’a ni structure, ni porte-parole. C’est pourquoi, il faudrait le protéger comme la prunelle des yeux car il est orphelin d’une organisation suffisamment représentative qui serait apte à traduire ses colères, porter ses revendications et entendre ses aspirations.

La plus grande vigilance doit être observée pour que ce peuple, qui a su faire preuve d’une grande maturité politique pour se hisser à la hauteur des exigences de son époque, qui a su montrer des trésors d’organisation et de courage pour désamorcer la peur, qui a su mettre en œuvre une dynamique unitaire en déployant dans une cohésion exemplaire l’emblème du changement radical, ne soit pas dépossédé de sa victoire.

Plus que jamais, Il s’agit de tout faire pour que la mobilisation populaire sans précédent qu’a vécue le pays aboutisse, que cette effervescence historique puisse déboucher politiquement et ce, dans l’esprit et le respect des slogans clamés par les centaines de milliers d’Algériennes et d’Algériens lors des mémorables marches de ces 2 dernières semaines.

Avant toute chose, ce mouvement doit compter sur ses propres ressources, rester sur sa ligne stratégique et inscrire ses actions dans la durée en évitant de tomber dans la provocation et de céder aux débordements.

Malheureusement, le système en s’entêtant à présenter la candidature de Bouteflika, adresse une fin de non-recevoir aux revendications du peuple et prend la responsabilité de vouloir précipiter le pays dans l’aventure et d’ouvrir l’abime du chaos.

En cette période de tension extrême, Les patriotes, les républicains et les démocrates ont une immense responsabilité. L’heure n’est plus à la dispersion et à l’émiettement. Que celles et ceux qui aujourd’hui ont pris conscience comme certaines forces démocratiques ou des personnalités et des intellectuels,  comme Addi El Houari, qu’il était temps de disqualifier un système qui a mis à genou l’Algérie, en a fait un pays exsangue et une mouvance totalitaire qui y a allumé le brasier de la guerre et saigné son peuple, appellent à la dissolution immédiate des partis-états tels que le FLN et le RND et celle de tous les partis islamistes, responsables les uns comme les autres de l’impasse dans laquelle se trouve l’Algérie.

Proposer aujourd’hui la constitution d’un gouvernement national, c‘est tendre la perche aux ennemis du peuple pour sauver une nouvelle fois le système. Or le peuple appelle à des ruptures. C’est pourquoi, le PLD dénoncera toute alliance contre-nature accréditant l’idée que les représentants du système ou ceux de l’islamisme sont des partenaires fréquentables.

 

         Plus que jamais, les patriotes, les républicains et les démocrates de ce pays doivent se constituer en rassemblement large, le plutôt possible pour se battre aux côtés du mouvement de masse et exiger une transition républicaine et démocratique confortée par l’ANP.

Le PLD sera présent auprès des citoyens et des citoyennes à la marche de ce vendredi  8 mars 2019  qui coïncide avec la journée internationale des femmes pour réaffirmer son soutien au principe universel d’égalité des droits entre les femmes et les hommes.

Alger le 6 mars 2019,

Mustapha Hadni,

Coordinateur du Parti pour la Laïcité et la Démocratie (PLD).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
  « Pour une Algérie Républicaine Moderne et Sociale »  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=
« Pour une Algérie Républicaine Moderne et Sociale »